ITWPortrait

Mickael Panos (AS St-Etienne) :  » Je prolonge mon contrat d’un an »

04/06/2018 à 14:31

Devenu professionnel l'année dernière à Saint-Etienne, Mickaël Panos a participé à la montée avec la réserve en N2. Le latéral s'est exprimé sur cette première saison chez les Verts et son avenir.

Né en 1997 à Forges-les-Bains où il touchera ses premiers ballons à l’âge de quatre ans, Mickael Panos vient de conclure sa première année professionnelle à l’AS Saint-Etienne. Il était écrit que ce jeune joueur passé par Les Ulis et Linas-Monthléry, continuerait sa route dans le Forez. Avec un grand-père stéphanois de cœur, des parents continuellement à ses côtés afin de faciliter son épanouissement dans sa jeune vie de footballeur, Mickael a donc signé son premier contrat professionnel il y a tout juste un an après avoir passé cinq ans au centre de formation de Châteauroux. Ce contrat lui a permis d’être un acteur majeur de la montée de l’équipe réserve en National 2. Il lui avait fallu une semaine pour convaincre les dirigeants stéphanois et un an plus tard, ces derniers semblent toujours aussi satisfaits puisqu’à l’issue de notre entretien, Mickael partait pour prolonger son contrat dans un club où il a vite trouvé ses marques.

Un an après votre arrivée à Saint-Etienne, avez-vous trouvé ce que vous étiez venu chercher ?

« C’est exactement ce à quoi je m’attendais. C’est un club professionnel très bien géré avec beaucoup de très bons joueurs dans les différentes équipes. Le vivier au sein de ce club est énorme avec notamment beaucoup de joueurs issus de la région parisienne. Suite à cette saison qui s’est très bien passée, je prolonge ici avec un contrat d’un an. »

Avez-vous participé aux entraînements avec le groupe de Ligue 1 ?

« Pendant la majorité de l’année, je m’entraînais avec le groupe de National 3. On avait un groupe jeune d’une moyenne d’âge de vingt ans. Sachant qu’on s’entraînait à côté des pros donc quand ils avaient besoin de nous, ils nous appelaient. J’ai pu faire une bonne dizaine d’entraînements avec eux et ça s’est très bien passé. »

Que pensez-vous de vos performances individuelles, avez-vous senti une progression de certaines de vos compétences ?

« J’ai juste raté un match dû à des douleurs musculaires. J’ai eu la chance d’avoir beaucoup progressé, mais je suis lucide. Je sais sur quels points je dois m’améliorer. L’année prochaine va être très importante et je vais devoir beaucoup travailler. »

Quel est votre objectif pour la saison prochaine ? Intégrer le groupe pro ?

« Oui bien sûr, même s’il y aura différents objectifs que je vais me fixer. Je ne me mets pas de limite et c’est à moi de travailler pour les atteindre. »

Aimeriez-vous continuer à progresser aux côtés d’un joueur comme Mathieu Debuchy ?

« Oui, je dois m’inspirer de lui, défensivement, tout d’abord. Dans la lecture du jeu, l’anticipation, la technicité… Et puis, également, essayer d’apporter un plus offensivement, comme il a pu le faire en seconde partie de saison en marquant cinq buts. »

Auriez-vous un petit message pour votre ancien club Les Ulis qui est en constante progression ?

« Je voulais déjà les remercier pour tout ce qu’ils ont fait pour moi car c’est grâce à eux que j’ai été repéré par Châteauroux et que j’en suis là aujourd’hui. Je leur souhaite bonne chance dans leur parcours de National 3 en espérant la montée. Je pense à Aziz (Benaaddane) et à Mamad (Niakate) qui m’ont vu grandir. Je les ai vus la semaine dernière et ça nous a fait plaisir de se retrouver. »

Dans cinq ans, vous vous imaginez où ?

« Mon objectif premier est de continuer l’aventure le plus longtemps possible avec l’ASSE et de percer comme joueur professionnel. La route est encore dure et longue avant de rêver. »

Propos recueillis par Benjamin Pinault